Pêcheurs de mérous

Pour les 300 habitants de la petite île de Lençois, au cœur d’un dédale de lagunes et de mangroves, les ressources sont rares : ni culture, ni élevage possible.

La pêche, au mérou en particulier, est l’activité principale de l’île, même si les pêcheurs ne sont pas les propriétaires de leurs bateaux. Chaque semaine, les embarcations à moteur partent pour 2 ou 3 jours, à marée haute, au large de l’île. L’équipage de trois marins travaille et cohabite sur le pont étroit : préparation des lignes de traîne avec les petits appâts puis, le lendemain matin, au soleil levant, les lignes sont posées sur 1 km à faible profondeur et remontées hameçon par hameçon.

Aujourd’hui, la pêche est plutôt bonne : 8 mérous de 150 kg chacun hissés à la force des bras s’entassent dans la cale. Après quelques heures de navigation difficile, ils seront débités à même le quai dès l’arrivée au petit port de Cururupu.

Nord Brésil, Etat de Maranhao / février 2001